Chers amis lecteurs,

La peur retarde le développement des humains.
Nous tenons à quelque chose qui peut pourtant s’avérer meurtrier.
Bertrand Russell ne pensait à aucune religion en particulier lorsqu’il écrivait : « La religion s’appuie essentiellement et prioritairement sur la peur. (…) Peur du mystérieux, peur de la défaite, peur de la mort. La peur est mère de toutes les cruautés et ce n’est pas étonnant que la cruauté et la religion marchent main dans la main car naissant de la peur. »
La plupart des religions bien organisées et hiérarchisées – serait-ce le cas de toutes ? – s’appuient depuis toujours sur la punition de Dieu qui pourrait s’abattre sur nous. Les prêcheurs, plus précisément les représentants avaient accès à de grandes sommes d’argent et donc avaient directement ou indirectement accès à une importante influence politique.
Bertrand Russel dans son discours ne trouve pas d’audimat jusqu’à aujourd’hui : « Un monde bienveillant (…) ne nécessite pas de ficelage des intelligences, n’a pas besoin de mots prononcés il y a tant de temps par des hommes ignorants. Le monde a besoin d’un regard sans peur pour regarder l’avenir et une intelligence libre.» Pourtant toutes religions confondues perdurent et répandent terreur et horreur. Seule consolation pour nous, consommateurs de l’Occident, la peur sévissant engendre un marché autour des bombes. Des systèmes de surveillance, des agents de surveillance, un marché d’armes, des appareils de sécurité et des procédures de contrôle fleurissent au sein d’un business promettant de belles rentes …
À tout ce commerce profitant de la situation de peur et terreur s’ajoute une boucle de surveillance supplémentaire : les données récoltées par la technologie informatique. La peur nous pousse vers un besoin de sécurité mais si l’État souhaite nous proposer un environnement sécurisant – s’il en est capable – il devra réduire nos libertés et nous priver de certains droits. Sommes-nous bien conscients de cela ?

 

Prof. Dr. Thomas Christaller a lors d’éditions précédentes abordé dans sa colonne la notion du mouvement en utilisant une force minimaliste, voire sans contact. Lorsqu’il mit en ligne une vidéo – et que nous l’avons partagée – des réactions plutôt méchantes furent exprimées à son égard et à propos de tellement d’autres choses …


… il me vient des flash-back de mon passé : il y a quelques années maintenant, j’enseignais dans mon dojo à Joyeuse de l’aïkido bien sûr mais je pratiquais également le Qi gong. Un jour, un élève qui venait au cours me salua dans la rue. Au cours de notre discussion, il décida de m’agresser. Je me souviens uniquement de son effroi, de son visage terrifié et comment il trébucha à l’arrière – réaction accompagnée d’un cri (ce qu’il tenta de dire alors ne m’est pas resté en mémoire apparemment). Cet épisode me revint en voyant les opinions divergentes à la suite de la publication du clip de Thomas.
Si nous le travaillons, nous pouvons rayonner une certaine attitude et énergie qui peut créer un tampon avec l’énergie d’une autre personne. Pour ma part, j’arrive bien à m’imaginer jouer avec la force, donc l’énergie d’attaque d’une personne – et pourquoi pas finir sur une technique …


Nous vous souhaitons une plaisante lecture.
L’équipe et votre Horst Schwickerath vous souhaitent une fin d’année pacifique.

 

 

[« Horreur et religion marchent main dans la main depuis des siècles », Bertrand Arthur William Russell, 18 Mai 1872 – 2 février 1970. Il décéda à 97 ans. C’était un philosophe britannique, un mathématicien et logisticien. En collaboration avec Alfred N. Whitehead, il publia une oeuvre essentielle au 20è siècle dans le domaine des mathématiques : Principia Mathematica. Il est considéré comme le père de la philosophie analytique.]

© Copyright 1995-2017, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901