Entretien avec Dariusz Bienkowski, Szczecin (Stettin)

Dariusz Bienkowski, Szczecin
Dariusz Bienkowski, Szczecin

M. Bienkowski, que pouvez-vous nous dire sur les débuts de l'aïkido en Pologne ?

Tout a en fait commencé à Szczecin il y a trente ans, quand Marian Osinski, un ancien judoka, a ouvert une école d'aïkido. Elle était liée à l'Aïkikaï, c'est-à-dire un courant différent de celui auquel je me rattache aujourd'hui. Dans ces années-là, il était déjà beaucoup plus facile pour un citoyen ordinaire d'avoir des contacts avec des étrangers, et on pouvait donc inviter des professeurs étrangers, venant par exemple d'Allemagne, de France, des pays scandinaves et bien sûr du Japon.


Est-ce que vous pratiquiez déjà l'aïkido il y a trente ans, c'est-à-dire en 1976 ?

Non, j'ai commencé en 1981 avec Wysocki Sensei, qui avait été un élève de Marian Osinski. En 1984 Filippini Sensei est venu d'Italie, et c'est par l'intermédiaire de son assistant qu'a été établi le contact avec Gianpietro Savegnago, et grâce à ce dernier nous avons pu inviter Maître André Cognard. C'est ainsi qu'a débuté l'aïkido de l'école Kobayashi en Pologne.


En quelle année ?

En 1985/86


Et cela était possible malgré le régime communiste ?

Le seul problème était l'attente interminable au poste frontière. Nous n'avions pas de gros problèmes avec le système politique, peut-être parce que l'idée de l'aïkido n'est pas porteuse de violence. Par ailleurs, la police faisait du judo. C'est sans doute pourquoi on nous laissait tranquilles que l'on pouvait sans grands problèmes inviter des maîtres étrangers. Dans ces années-là Me Cognard a conduit des stages à Szczecin et à Lublin, dans l'est du pays, puis les contacts avec lui se sont distendus. En 1992 il a accepté, à mon invitation, de conduire un stage à Szczecin, et depuis lors nous l'accueillons en Pologne au moins une fois par an. Ses élèves aussi viennent donner des cours. Par exemple, nous collaborons étroitement avec Patrick Matoian Sensei et Pierre Sahut Sensei.


Depuis quand dirigez-vous un dojo à Szczecin ?

Depuis 1992.


Depuis 1985 vous pratiquez l'aïkido de l'école Kobayashi, n'est-ce pas ?

C'est bien ça.


Qu'est-ce qui vous a fait choisir cette voie ?

C'est surtout grâce à Jacek Wysocki, qui était mon professeur à l'époque, que j'ai connu ce courant. En 1992 j'ai eu l'occasion de faire personnellement connaissance avec Me Kobayashi et aussi d'inviter André Cognard en Pologne. Pour moi, cela a été le signal.


Comment cela s'est-il passé ?

C'est une longue histoire, il est difficile de décrire les transformations par lesquelles je suis passé. Ce qui a été essentiel, c'est le fait que Me Kobayashi montrait un aïkido qui était différent de ce que font les autres experts japonais, ses mouvements avaient une certaine esthétique caractéristique et en même temps une légèreté et une efficacité exceptionnelles, et néanmoins il était attentionné à l'égard de ses élèves et, tout simplement, humain.

© Copyright 1995-2019, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901