Régis Soavi, 38FR

Le Mouvement régénérateur


Régis Soavis pendant notre l'entrevue, au Dojo à Paris.

Notre école, l’école Itsuo Tsuda, a deux pratiques : l’aïkido et le katsugen undo. Le katsugen undo, le seitaï, c’est la pratique qu’utilisait Maître Noguchi : l’ajustement corporel. Le seitaï était déjà connu chez Maître Ueshiba. A l’époque où Maître Tsuda était chez Maître Ueshiba, il était déjà technicien seitaï. Lorsqu’il y avait de petits accidents, c’était parfois lui qui s’occupait des gens. Maintenant le seitaï est assez connu au Japon. Quand Maître Tsuda est arrivé en France, il a apporté le seitaï et surtout ce qu’on appelle katsugen undo. La traduction, c’est « mouvement qui permet le retour à la source » et qu’il avait traduit par « mouvement régénérateur ». Donc, dès le départ, quand j’ai connu Maître Tsuda, c’était les 2 choses, aïkido et mouvement régénérateur. On parle indifféremment de mouvement régénérateur ou de katsugen undo. Katsugen undo est vraiment important dans notre pratique quotidienne, notre pratique d’aïkido parce que c’était la façon de réajuster le corps, c’est aussi une orientation philosophique. C’est ce qui a permis que notre orientation dans l’aïkido ne soit pas une orientation uniquement martiale. Il ne s’agit pas non plus d’une orientation religieuse, même si on respecte certains rituels que pratiquait Maître Ueshiba. Katsugen undo est ce qui nous a permis de continuer dans une certaine direction. Maître Tsuda justement parle dans son premier livre du non-faire. Aujourd’hui le non-faire, le non-agir, dans le taïchi on en parle. Dans l’aïkido, on n’en parle pas trop, et pourtant c’est normalement une base de l’aïkido. A travers le katsugen undo on a conservé ce rapport au non-faire, au non-agir. On a aussi conservé ce rapport différent au corps. Maître Ueshiba parlait de la fusion de sensibilité, du phénomène d’attraction, etc. Dans le katsugen undo on a des exercices comme par exemple yuki qui sont le fait de faire passer, de faire circuler le ki avec un partenaire. Alors ça nous a permis de mieux comprendre ce que voulait dire Maître Ueshiba quand il parlait de la sensation du ki. Le ki pour nous n’est pas quelque chose d’immatériel c’est quelque chose d’extrêmement concret, qu’on sent de façon évidente. Le katsugen undo est quelque chose qui a été dès le départ important dans notre pratique. Nous le pratiquons régulièrement, et cela fait 40 ans que je le pratique. On se demande toujours « qu’est-ce que le mouvement régénérateur ? ». Souvent je commence mes conférences en disant que le mouvement régénérateur est un exercice du système moteur extra pyramidal, une sorte de « gymnastique » de l’involontaire. On connait le système volontaire, mais qu’est-ce que le système involontaire ? L’involontaire, c’est 90 % de notre corps, c’est la base de tout ce que nous faisons. Par exemple on décide volontairement de prendre un thé mais comment va-t-on l’assimiler ? On n’en sait rien. Il y a là quelque chose d’important qui souvent n’est pas pris en compte. Je vois par exemple plein de gens qui font des régimes en tout genre, asiatique ou pour maigrir, basés sur les vitamines, les omégas 3, etc. Alors on va dire que dans le poisson, il y a des omégas 3. Mais quand on mange un morceau de poisson, qu’en faisons-nous ? Notre corps va-t-il l’assimiler ou non ? On n’en sait rien, on ne maîtrise pas tout. C’est notre système involontaire qui agit. Donc on peut bombarder notre système involontaire de choses soit disant bonnes pour le corps, en fait c’est lui (notre estomac, nos intestins) lui décidera et assimilera ce qu’il voudra, et ce dont il a besoin. Dans le mouvement, la chose la plus importante est de laisser travailler le corps comme il en a besoin, et ceci depuis la naissance et même avant. Par exemple, pendant la grossesse, les femmes ont envie de quelque chose qu’elles ne mangent pas d’habitude. A un moment donné, elles ont envie par exemple de manger des bananes. Pourquoi ? On ne le sait pas, on ne le comprend pas. Il se trouve que pendant une période elles auront cette envie, parce que le bébé a besoin de cela. Il est important que le corps retrouve cette intuition, ce besoin. Le mouvement c’est justement de retrouver ces sensations avec la pratique, de les rendre plus claires.

© Copyright 1995-2019, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901