Anastasiia Lysenkova

Traduit de l'ukrainien par Nataliia Yena/Paris

Aikidojournal Interview

 


Rêve effrayant... 


 


Je pense que c'est un rêve effrayant... 


Je me souviendrai toujours du 24 février 2022 ! Je sais maintenant avec certitude que ce qui fait peur quand on se réveille à cinq heures du matin, ce n'est pas la sonnerie du réveil, qui m'agaçait auparavant, mais les explosions. Les explosions constantes et ininterrompues dans différentes parties de la ville.


Et d'entendre : "C'est parti, préparez-vous." 


On commence à emballer l'essentiel rapidement, sans bien comprendre ce qui se passe. À ce moment-là, le téléphone explose d'appels d'amis et de parents nous demandant de faire nos bagages et de partir au plus vite…


Nous sommes partis. Au milieu de fortes explosions, d'une peur immense et d'une confusion sur ce qui allait se passer ensuite. Ces sentiments sont impossibles à décrire. On peut le comparer au vide, au vide à l'intérieur de vous.


Quand je suis revenue dans ma terre natale, chez mes proches, je me sentais un peu mieux, car c'est toujours plus calme chez soi. On a fini par comprendre que ce n'était pas un rêve... 


Mais après quelques jours, je me suis retrouvé dans la réalité effrayante que j'essayais d'ÉCHAPPER. 


Ponts explosés, anxiété constante, peur d'aller à la fenêtre ou de sortir, explosions bruyantes, peur de la nuit et refus absolu de manger ou de dormir.


Mais le pire est d'apprendre la mort de personnes que vous connaissiez personnellement, qui étaient très jeunes, mais qui sont mortes en protection d'Ukraine contre "LA LIBÉRATION". 


Et le pire, c'est que pour chacun d'entre nous, un nouveau jour pourrait être le dernier.


On peut être tué par des bombes lorsque on fait es la queue pour acheter du pain ou du lait, lorsque on fait du bénévolat et on essaie d'aider tout le temps, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, lorsqu'on marche dans la rue ou même lorsque on reste chez nous ou dans un abri. Chacun d'entre nous, Ukrainiens, rêve de se réveiller et d'entendre : "la guerre est terminée, rentrons à la maison" !


 

© Copyright 1995-2022, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901