Tetiana Kovalova

Traduit de l'ukrainien par Nataliia Yena/Paris


Tetiana Kovalova à Charkiv

 


Kovalova Tetiana, IT-Spezialist


 


 


23 février 2022. Soirée. Je suis au téléphone avec ma mamie au sujet des dernières nouvelles qui annoncent une guerre totale pour bientôt. Je la rassure en lui disant que tout est calme à Kharkiv, et qu'en général, ils construisent un nouveau magasin près de notre maison - quelle guerre ? Après cela, je fais les tâches habituelles et me prépare pour le travail du lendemain et je parle à mon amie - nous convenons de nous rencontrer le week-end. Je me couche.


 


24 février 2022. 5 heures du matin. On se réveille avec du bruit. Nous avons sommeil, nous sommes perplexes - quelqu'un a pensé à faire un feu d'artifice à 5 heures du matin ! Je prends mon téléphone et je reçois plein de messages indiquant que les explosions se produisent dans tout le Kharkiv. Dans ma tête : "Non, non, non, non, pas ça !" Les premières personnes auxquelles je pense sont ma mère et ma jeune sœur qui vivent dans la région. Je me demande si je dois appeler si tôt ou un peu plus tard, pour ne pas la réveiller et ne pas effrayer. Essayant de me maîtriser, je décide de passer un coup de fil. J'entends la voix de ma mère : “Allô, nous venons de nous réveiller du lit qui tremble. Nous sommes assis dans le couloir. Cinq missiles sont arrivés à l'unité militaire. Même une petite ville de la région de Kharkov est bombardée. Et je réalise qu'une GUERRE a commencé. Nous décidons d'aller dans un autre appartement, chez mon grand-père, ce sera plus calme là-bas, ensemble et en fait, la maison est plus forte. Rapidement, nous prenons les documents, les ordinateurs portables et les choses qui peuvent tenir dans deux sacs à dos. Pour une raison quelconque, j'étais sûre que nous pouvions encore rentrer chez nous et obtenir ce dont nous avions besoin (spoiler - je ne suis pas allé à notre appartement depuis plus d'un mois et je ne sais pas si j'y arriverai un jour). Et c'est ainsi que commença le jour le plus long de ma vie. Le jour où la guerre a éclaté dans mon pays, dans ma ville natale, dans ma maison. Le jour où la russie a attaqué l'Ukraine.


 


La journée a été longue et incompréhensible, je n'arrivais pas à croire ce qui se passait. La seule chose dont je me souvienne, c'est que j'ai continué à regarder les informations, à parler à des connaissances, à des amis et à des membres de ma famille pour savoir où ils se trouvaient et à me rendre compte que la journée était interminable. En fait, le premier jour de la guerre a été le plus calme.


 


Nous avons passé plus de 2 semaines à Kharkiv sous les bombardements. Le deuxième jour de la guerre, le soir, nous n'avions pas de connexion, pas d'Internet et pas d'électricité. Le troisième jour, nous n'avions pas de chauffage. Nous dormions dans le couloir, loin des fenêtres, sur le sol, emmitouflés dans deux plaids. En raison des bombardements constants, les entreprises communales ne pouvaient pas atteindre notre quartier pour améliorer au moins quelque chose, et les magasins ne pouvaient pas livrer de nourriture, alors ils vendaient ce qui restait. Nous avons fait la queue pendant trois jours, avec des roquettes, des batteries de missiles et des MLRS qui volaient au-dessus de nos têtes, et des tirs de mitrailleuses qui résonnaient au coin de la rue. Un de ces jours, un TTB ennemi portant la lettre nazie "Z" est arrivé dans notre zone, mais il a été instantanément éliminé par nos soldats.


 


Pendant tout ce temps, nous avons appris à distinguer ce qu'ils tirent, qui le fait, où ils tirent et d'où ils tirent. On s'y est même habitué. Mais chaque nuit, j'avais peur de m'endormir, en pensant tout le temps : "Et s'il se passe quelque chose et que je suis endormi et ne suis pas prête ? Et si on est débordé ? Est-ce que je me réveillerais au moins ? Et si je me réveillais et que je découvrais que quelque chose est arrivé à ma famille ou à mes amis ?". Les premiers jours, nous avons pu dormir relativement normalement. Plus loin, nous avons dormi pendant quelques heures lorsque les bombardements ont cessé dans notre quartier.


 


Jusqu'à la fin, nous ne voulions pas quitter Kharkiv, parce que c'est notre maison, toute notre vie est ici. Pourquoi devrions-nous quitter la maison ? C'est ce que nous pensions jusqu'à ce qu'une des roquettes a frappé une maternelle près de chez nous - littéralement sous les fenêtres. Les fenêtres de la maison ont été soufflées et les balcons ont été touchés.


 


Nous n'avons pas pu partir le lendemain à cause des bombardements. Nous avons réussi à partir le jour suivant. Nous sommes partis quelque part, dans une direction inconnue.


 


Nous sommes maintenant dans un endroit relativement paisible. Je n'arrive toujours pas à dormir correctement, je n'ouvre pas les fenêtres parce que j'ai peur du bruit des voitures (et en général de tous les bruits forts dont je ne peux pas trouver la source avec mes yeux), et je pleure souvent. Je n'ai pas vu ma famille depuis plus d'un mois, je ne peux pas leur rendre visite à cause des routes explosées ou bloquées et des bombardements. Depuis 3 semaines, je n'ai plus de contact avec ma marraine, qui se trouve à Izyum, une ville que les occupants russes sont en train de transformer en ruines à l'heure qu'il est, de rayer de la surface de la terre, où des corps de personnes assassinées gisent dans les rues. Tous les bâtiments de mon ancienne université sont endommagés ou bombardés, ainsi que mon ancien dortoir. Presque tous les endroits que je connais et que j’aime bien à Kharkiv ont été détruits. Je ne sais pas dans quel état est  l'appartement dans lequel nous vivions.


 


Jusqu'à présent, je n'ai jamais eu autant de haine, de colère et de rage en moi. Chaque jour, je lis les nouvelles concernant Izyum, Mariupol, Chernihiv, plus d'une centaine d'enfants tués, des femmes violées, des civils tués, des couloirs verts bombardés et d'autres atrocités commises par l'armée russe, et je réalise... ce que nous avons vécu n'est RIEN DU TOUT comparé à ces histoires. Cela rend la chose encore plus effrayante.


Mais en même temps, je suis submergé par une incroyable fierté pour nos militaires intrépides qui nous protègent désespérément, sans exagération - ce sont des héros. Nos bénévoles font l'impossible, en sauvant des personnes et des animaux de la famine et de la mort. Et, bien sûr, je suis fier de tous les Ukrainiens - des gens forts, courageux et compatissants. Je l'ai vu plus d'une fois ces jours-ci, de nos voisins aux autres passagers du train - tout le monde s'est entraidé du mieux qu'il pouvait. Aujourd'hui, l'Ukraine est plus unie que jamais, notre peuple se bat à nouveau pour son indépendance et sa liberté. Nous ne faisons pas partie de la russie et nous ne voulons pas en faire partie. Nous sommes un pays distinct avec une longue histoire, une belle culture et une langue mélodieuse. Je suis fier de notre pays, je suis fier d'être ukrainienne. Et je veux rentrer chez moi, et je crois de tout mon cœur que j'y retournerai bientôt. Gloire à l'Ukraine !


 

© Copyright 1995-2022, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901