horst schwickerathChers amis lecteurs,

L’édition allemande fête avec ce numéro son 20ème anniversaire. Il s’est passé tellement de choses depuis toutes ces années – pour tout le monde bien sûr. Jamais je n’aurais cru que l’aventure durerait jusqu’à aujourd’hui, mais comme tant de choses dans la vie, cela se déroule autrement que ce que l’on s’imaginait. Alors je souffle ces vingt bougies …

Au mois de juillet, tout le monde semblait s’être tourné vers le Brésil, chacun pour fêter ses héros footballeurs. Lorsque j’étais jeune je tapais aussi dans ce ballon rond, mais aujourd’hui lorsque je regarde les supporters dans les stades, j’ai l’impression qu’il me manque un gène pour comprendre. Ce qui est fêté dans les gradins de ces stades m’échappe complètement. Pourquoi les uns sont heureux et les autres si moroses ? Certaines personnes suffoquent même d’émotion…
J’ai le pressentiment que les Romains sous César, en fournissant au peuple « panem et circenses » – du pain et des jeux – n’avaient que cela comme objectif – mais aussi qu’ils avaient déjà beaucoup compris de la psychologie humaine : divertir. Mais à l’époque, les spectateurs pouvaient lever ou baisser le pouce selon leur opinion du spectacle … et directement décider de la mort ou de la survie de certaines personnes au centre de l’arène.
Qu’est-ce qui différencie donc les supporters de foot s’agitant dans tous les sens sur les gradins des stades et les personnes de l’époque romaine assises dans les arènes ? Pourquoi ces réactions corporelles ? Et pourquoi aujourd’hui détournons-nous le regard quand il y a des morts dans des régions ou pays en crise ? Pourquoi les personnes se rassemblent-elles dans des gradins ? N’ont-elles pas d’autres occupations ?
Crises et culture du divertissement ... mais pourquoi divertir, et de quoi cherche-t-on à nous divertir ?
A d’autres époques, le genre humain fut plus robuste – L’humain n’est rien de figé, il se définit à tout instant lui-même. En effet, les légions romaines en marche seraient de nos jours assimilées à des sportifs de haut niveau. Plus loin en arrière, les Egyptiens édifiaient des pyramides selon des logistiques de transport du matériel et de construction qui nous échappent encore de nos jours. Bonjour les migraines !
Je vous raconte cela car je suis en bonne santé générale et rêve de ces époques lointaines, mais lorsque j’ai une rage de dent, je me réjouis tellement de ces avancées technologiques au sein des cabinets dentaires, que je suis content de vivre dans un monde non archaïque. 

Après la publication d’un nouveau numéro, souvent on nous demande pourquoi rien n’a été publié sur tel ou tel événement … La réponse est simple : la plupart du temps, deux semaines avant la publication, la mise en page doit être terminée et le numéro bouclé. En conséquence, les événements survenant avant la publication, mais après le bouclage, ne sont évoqués que dans l’édition suivante.
Nous souhaitons aussi vous éclairer sur cette notion de « bouclage de l’édition », qui a son importance pour l’envoi à l’équipe d’Aïkido Journal des différents articles et dates des stages par exemple. Car souvent il y a malentendu : la date de bouclage de l’édition ne signifie pas qu’il s’agit de la seule date où l’on peut nous communiquer les informations et contributions, mais bien la date limite pour leur prise en compte … A condition que toutes n’arrivent pas à cette même date, et qu’il reste de la place, le nombre de pages n’étant pas extensible ! Veillez donc à nous communiquer les éléments que vous souhaitez voir publiés bien avant cette date butoir.

Claude Pellerin et Serge Sans ont demandé à exercer un droit de réponse après la publication de l’entretien avec Farouk Benouali dans le précédent n° d’AJ. C’est bien volontiers que nous accédons à cette demande, et le texte qui nous a été adressé est donc publié ici.
Nous regrettons toutefois que le président de la FFAB, que nous avions sollicité à plusieurs reprises au sujet de la crise que traversait la Fédération, avec les départs successifs de plusieurs anciens de haut niveau, n’ait jusqu’à présent jamais accepté de répondre à nos demandes d’entretien.

En espérant une fois encore que nous avons bien choisi les thèmes abordés afin de vous informer au mieux sur l’aïkido, ce monde complexe, nous vous souhaitons avec ce nouveau numéro un bon divertissement, hors des gradins …

Bonne lecture de ce numéro de septembre.
L’équipe AJ et votre Horst Schwickerath …

© Copyright 1995-2020, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901