Est-ce qu’un jour je jetterai l’outil ?


… pendant un séminaire à Valence

Quel adepte ne s’est jamais posé la question d’arrêter la pratique?
Les causes d’une telle décision peuvent être multiples. Les plus apparentes résident généralement dans les empêchements matériels. S’il peuvent être bien réels, ils sont parfois l’excuse derrière laquelle on se cache, pour ne pas regarder en face la véritable raison de notre souhait d’arrêter.
On ne commence généralement pas la pratique en se fixant une date butoir, à partir de laquelle on arrêterait. Si l’on s’arrête de pratiquer, cela signifie donc que quelque chose d’imprévu s’est produit entre-temps …



Servir un but
L’Aïkido étant un outil, il doit servir un but. Si ce but n’est pas défini à un moment donné, l’outil peut finir par lasser son utilisateur.
Ainsi, la pratique peut fasciner dès le début. Les mouvements sont complexes et beaux. Le décorum est original et empreint de solennité. Le professeur est extraordinaire. Les camarades joyeux et intéressants. Les premiers pas sur les tatamis lèvent certaines appréhensions : envolée la peur de la chute, disparue l’angoisse du contact, exit les raideurs corporelles...
Et pourtant... Au bout de quelques années, une fois les techniques apprises – plus ou moins maîtrisées, on sent qu’il manque quelque chose.
C’est à ce moment-là que beaucoup arrêtent, pour se tourner vers une autre activité plus tentante. Et le cycle peut ainsi se répéter à l’envi avec moult disciplines et arts aussi différents les uns des autres.



Persévérer est un trésor
Dommage ! C’est exactement à ce moment-là qu’il faudrait persévérer. Mais pas persévérer machinalement ! Non. Persévérer en réfléchissant profondément, en ressentant, ce que l’on cherche à réaliser à travers l’outil Aïkido.
Que l’on souhaite creuser l’aspect martial, spirituel, culturel, sportif, bien-être … la difficulté reste la même. Il va falloir réfléchir, lire, tester, rencontrer, expérimenter, théoriser, voyager, remettre en cause, etc.



Le cadre et soi
Le professeur, la discipline ou le dojo ne sont qu’un cadre facilitateur. Au début, ce cadre fournit tout et les progrès 


… liesez plus dans l'AJ 64FR


 

© Copyright 1995-2018, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901